Partager
Vous êtes ici : Version françaisePublications

Dernières publications

Elisabeth GAVOILLE (dir.), Liberté de ton et plaisanterie dans la lettre, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. "Perspectives littéraires", 2023, 512 p.
Liberté de ton La liberté de rire peut aller de l’allusion moqueuse à la provocation transgressive. Quel est précisément, en matière d’écriture épistolaire, l’effet recherché et produit d’un trait d’esprit, d’un détail comique ou d’une raillerie, selon la situation de l’épistolier et son rapport au destinataire, individualisé ou générique? Cet ouvrage collectif propose d’explorer, à travers ses vingt-cinq contributions, les enjeux et modalités de la plaisanterie dans la lettre, de l’Antiquité jusqu’au XXe siècle: autodérision et mise en valeur de soi, élément de détente dans une situation critique et contrepoids à la mélancolie, témoignage d’affection ou complicité avec le lecteur, contribution à une visée persuasive ou didactique, puissance affirmée par l’ironie mordante ou par des sarcasmes vengeurs…
Volume issu de la 11e édition des colloques de Tours "L'épistolaire antique et ses prolongements européens" (nov. 2019).
Plus d'infos : https://pufr-editions.fr/produit/liberte-de-ton-et-plaisanterie-dans-la-lettre/

Jean-Jacques TATIN-GOURIER, Vivant Denon et les lendemains du libertinage, Paris, Éditions HERMANN, coll. "Chemins du savoir", 2023, 188 p.
Denont L’itinéraire de Vivant Denon (1747-1825) est marqué de fluctuations et d’éclipses au cours des deux siècles qui nous séparent de cette figure évanescente et infiniment complexe. La perception qui s’en dégage fait apparaître une personnalité dont le talent est à la fois créatif et politique pour avoir su traverser le temps des différents régimes de l’histoire en marche.
Vivant Denon a d’abord été considéré comme le premier chroniqueur de l’expédition d’Égypte, à la fois dessinateur et graveur. Puis, l’ambitieux directeur du musée Napoléon, l’actuel musée du Louvre, va organiser les saisies d’œuvres d’art à travers l’Europe occupée. Au cours du XXe siècle, Vivant Denon va être perçu essentiellement comme le libertin du XVIIIe de sa jeunesse. S’impose alors l’image exclusive de l’auteur du conte érotique Point de lendemain.
Dans les années 1990, Milan Kundera dans La Lenteur (1995) et ­Philippe Sollers dans Le Cavalier du Louvre. Vivant Denon (1747-1825), de même que les grands événements, exposition et colloque, organisés en 1999-2000 par le musée du Louvre, vont permettre de découvrir les multiples « vies » de Vivant Denon. De la cour de Louis XV à la Restauration, il ne cessa d’entretenir des relations diverses mais toujours étroites avec les pouvoirs successifs.
C’est cette véritable épopée qui traverse l’histoire des différents régimes politiques de son existence que l’auteur nous donne à suivre pour révéler un Vivant Denon talentueux, habile et fantasque à la fois.
Plus d'infos : https://www.editions-hermann.fr/livre/vivant-denon-et-les-lendemains-du-libertinage-jean-jacques-tatin-gourier

Sophie LARGE, Joséphine MARIE et Emmanuel VINCENOT (dir.), Arts et identité nationale à Porto RicoHispanismeS, no20, 2022.
hispanismes Depuis la guerre hispano-américaine de 1898, le statut politique de l’île de Porto Rico, conquise militairement par les États-Unis, n’a cessé de faire l’objet de débats et de controverses. Si la littérature apparaît comme l’un des grands laboratoires où émergent et se renouvellent les questionnements autour de l'identité nationale, ce numéro propose d’interroger également les représentations véhiculées, en plein et en creux, par une diversité d’objets culturels, textuels et visuels (musique, écriture romanesque et poétique, cinéma, peinture, théâtre et autres performances). Ce faisant, il permet de découvrir une histoire peu ou mal connue en explorant les œuvres de plusieurs artistes qui se sont emparés de la question de l’identité nationale portoricaine, que ce soit pour affirmer la nécessité de défendre une identité menacée de dilution, pour pratiquer un dialogue avec l’espace caribéen, pour s’insérer dans le marché culturel nord-américain, en affichant clairement un militantisme politique (séparatisme, autonomie, estadidad) ou, au contraire, en cherchant à dépasser la notion d’engagement nationaliste. Le dossier donne également la parole à une artiste, par le biais d’un entretien qui permet de mesurer la complexité de la problématique de l’identité nationale dans le monde artistique portoricain et, plus largement, dans le panorama culturel, politique et social de Porto Rico.
Cliquer ici pour accéder au numéro.

Claire LAGUIAN & Sophie LARGE (dir.), (Contre)performances de genre, performativité et résistanceLectures du genre, no16, 2022.
contreperformance Dans la continuité des deux précédents numéros de Lectures du genre, qui portaient respectivement sur « Genre(s) et liberté(s) » et « Performance et liberté », la revue a choisi de poursuivre la réflexion sur les failles du système hétéropatriarcal et les éventuels espaces de résistance que celles-ci ouvrent pour une (re)configuration des subjectivités et des identités minoritaires, en étudiant les liens entre (contre)performance de genre, performativité et résistance. Suivant Preciado, pour qui il est nécessaire de « comprendre les corps et les identités des anormaux comme des puissances politiques et non simplement comme des effets des discours sur le sexe », les contributions de ce numéro ne s’attachent donc pas tant à décrire les mécanismes performatifs par lesquels les corps et les sujets sont assujettis, mais bien plutôt à dévoiler les échecs de cet assujettissement et à mettre en évidence les effets de diverses (contre)performances de genre.
Cliquer ici pour accéder au numéro.

Laurence MULLALYEsthétique et politique dans le cinéma argentin. Albertina Carri et Lucía Puenzo : des histoires de familles, Pessac, MSHA, collection PrimaLun@ 14, 2022, 294 p.
cinéma Albertina Carri et Lucía Puenzo font partie de la même génération, celle de l’après-dictature qui est aussi celle du Nouveau Cinéma Argentin. Pourtant, leurs films de fiction représentent de façon radicalement différente les rapports de pouvoir et les formes de violence qui les accompagnent. 
Leurs h/Histoires de familles, au pluriel, sont examinées avec une méthodologie indisciplinée qui puise sa source aux études culturelles, féministes et de genre. Les enjeux esthétiques et politiques, et en particulier la mise en scène des relations de genre, de classe, de race et de sexualité, sont mis en perspective à travers une étude contextualisée afin d’éclairer les liens entre production socio-culturelle, histoire et politique, mais aussi les négociations opérées par chaque cinéaste pour se positionner dans un champ cinématographique globalisé.
Plus d'infos : https://una-editions.fr/esthetique-politique-cinema-argentin/

Nathalie LEVY, Alexis CHOMMELOUX, Nathalie A. CHAMPROUX, Stéphane PORION, Selma JOSSO  & Audrey DAMIENS (éds.), The Anglo-American Model of Neoliberalism of the 1980s: Construction, Development and Dissemination, Londres, Palgrave Macmillan, 2022.
The Anglo-American Cet ouvrage collectif étudie les caractéristiques du néolibéralisme au Royaume-Uni et aux États-Unis dans les années 1980 en s'intéressant tout particulièrement à ses aspects philosophiques, historiques, politiques, juridiques et économiques. Il analyse l'héritage du modèle qu'il a représenté et représente toujours pour certains, son acceptation, le rejet qu'il a suscité, sa prolifération en France et en Europe (l'Union européenne reproduisant et disséminant des techniques et des processus d'inspiration néolibérale, souvent par le truchement de soft law), sa portée et sa diffusion dans des pays aux régimes décrits comme "illibéraux", démontrant ainsi la nécessité pour le paradigme de s'adapter et sa propension à le faire. Le livre comble un vide historiographique relatif à un concept qui demeure éminemment actuel.
Plus d'infos : https://link.springer.com/book/10.1007/978-3-031-12074-9

François BOUCHARD et Silvia CONTARINI (dir.), Le scritture umoristiche nell’Ottocento italiano, Florence, Franco Cesati Editore, 2022, 251 p.
Le scritture Issu d’un colloque qui n’a pu se tenir à l’université d’Udine en raison de la pandémie, ce volume examine la façon dont se déploient les écritures humoristiques, et notamment ce que Daniel Sangsue a théorisé sous la catégorie du récit excentrique, dans l’Italie du XIXe siècle. Celui-ci semble s’inspirer sous la Restauration du modèle faussement hodéporique du Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre (1795), ainsi que de l’anonyme Voyage dans mes poches (1798), et il se traduit par une production narrative diversifiée en genre et en style qui trahit une réception diffuse du Sentimental Journey de Sterne. Depuis le Viaggio e maravigliose avventure d’un veneziano ch’esce la prima volta delle lagune (1818) de Francesco Contarini et le Viaggio di tre giorni di Luigi Ciampolini (1832), ce filon narratif se prolonge avec des résultats variés et inégaux jusqu’au Viaggio di un ignorante de Giovanni Rajberti (1857), pour aboutir à la réinterprétation ironique qu’en fait Italo Svevo dans Corto viaggio sentimentale (1928). Mais cette ligne s’infléchit au mitan du XIXe siècle pour s’engager vers des solutions narratives plus radicales, lesquelles tendent à escamoter les frontières entre genres littéraires. Depuis les écritures humoristiques de Nievo (l’Antiafrodisiaco per l’amor platonico, 1851 ; Il Barone di Nicastro, 1860) jusqu’à Merope IV. Sogni e fantasie di Quattr’Asterischi de Vittorio Imbriani (1867), ces formes d’expérimentation linguistique et stylistique ont ponctuellement recours aux modèles de l’excentricité narrative du XVIIIe siècle (Diderot, le Sterne de Tristram Shandy) pour relancer une écriture qui se mesure à la réalité historique et politique contemporaine par l’ironie, la réticence et l’allusion, ainsi que l’avait déjà tenté Carlo Bini dans son inédit Manoscritto di un prigioniero (1833).
Les essais réunis dans ce volume analysent les modalités avec lesquelles naissent, se développent et sont reçues en Italie les différentes typologies de l’écriture humoristique et du récit excentrique entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XXe. En conclusion, Daniel Sangsue y fait le point sur les recherches les plus récentes ayant trait au domaine francophone.

Christine DUPOUY (éd.), Jacques DarrasNu(e), no78, 2022.
Nue Le numéro 78 de la revue NU(e), est consacré au poète Jacques Darras. Il a été coordonné par Christine Dupouy. Actes du colloque de Tours des 7 et 8 octobre 2021 Jacques Darras, citoyen du monde et de la Maye. Il est composé de 18 articles présentés dans un avant-propos et découpé en 5 parties. Ce volume comprend également une série de 8 gouaches réalisées par Jacques Darras.
Plus d'infos : https://poezibao.typepad.com/poezibao/2022/10/revue-nue-n-78-jacques-darras.html
Cliquer ici pour accéder au numéro.

Catherine DOUZOU et Valérie SPERTI (éds.), Mémoire coloniale et fractures dans les représentations culturelles d'auteures contemporainesOLTREOCEANO, no20, 2022, 192 p.
Oltreoceano
Oltreoceano se compose de onze articles abordant, dans une approche transdisciplinaire, la relation entre l’écriture des femmes et la mémoire coloniale. L’étude de l’inscription de la mémoire coloniale au féminin dans le cinéma, les œuvres d’art, le théâtre, les phototextes autobiographiques et la biographie est un sujet qui n’a pas encore été étudié dans sa globalité. Ce numéro se pose comme le premier jalon d’une recherche plus ample qui permettrait de relire d’une manière différente, grâce à l’apport de la création féminine à la mémoire coloniale, l’histoire des rapports entre la culture française et francophone.
Ce numéro d’Oltreoceano, entièrement consacré à la littérature francophone, prend comme point de départ la journée d’études qui s’est tenue en juin 2021 – Mémoire coloniale et fractures dans les représentations culturelles d’auteures femmes (1945-2020) – sous l’égide de trois Universités, celles d’Udine et de Naples “Federico II” en Italie et l’Université de Tours en France. Ce fut l’occasion de s’interroger sur la mémoire coloniale au féminin afin de chercher une éventuelle spécificité dans le traitement de cette mémoire par des femmes, en prenant en compte la diversité des productions, y compris géographique, et l’intermédialité. Ces évocations mémorielles peuvent-elles raconter l’histoire de la colonisation sous une autre forme – qui privilégierait par exemple celle d’un témoignage marginal par rapport aux divers conflits armés et politiques pour l’indépendance? Et, pourquoi ne pourraient-elles occuper certains vides inévitables dans les panoramas élaborés par les spécialistes et les historiens? Ce sujet, quoique abordé dans des ouvrages critiques bien connus, tels ceux de Nathalie Edwards, Amy L. Hubbel et Sonia Wilson entre autres, n’a pas encore fait l’objet d’une analyse plus ample, apte à cerner le phénomène. Les onze contributions qui forment ce numéro examinent la question selon quatre points de vue qui proposent autant de perspectives distinctes sur le sujet.
Plus d'infos : https://www.lineaedizioni.it/genere/oltreoceano/

Jean-Louis GUEREÑAEros de papel, un infierno español. Un inventario de las publicaciones eróticas clandestinas (siglos XIX-XX), Editorial Renacimiento, Valencina de la Concepción (Sevilla), 2022, 749 p.
Eros de papel Sous le titre d’"Eros de Papier", nous présentons la bibliographie la plus complète à ce jour des publications érotiques espagnoles, décrites et commentées, plus ou moins inconnues mais qui ont à voir avec la culture populaire. En 1877, Henry Spencer Ashbee, célèbre collectionneur anglais d'éditions de Don Quichotte mais aussi d'ouvrages érotiques dans toutes les langues, qualifie l'Espagne de "pays malheureux" dans le domaine de la production érotique imprimée. L'érotisme publié en espagnol et en catalan aux XIXe et XXe siècles, peu ou pas présent dans les grandes collections publiques européennes et très peu dans les collections privées, reste en effet la grande inconnue des études spécialisées et des bibliographies. Cependant, la production érotico-pornographique existait en Espagne depuis le début du XIXe siècle et était plus variée et étendue qu'on aurait pu le penser au début, en raison de la simple ignorance, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. Dix ans après une première tentative publiée par “Libris” sous le titre d' “Un enfer espagnol”, nous présentons donc une version considérablement renouvelée, corrigée et complétée de notre bibliographie érotique. Avec cet inventaire des publications érotiques clandestines espagnoles (près de 490 titres différents, mais beaucoup plus d'éditions, consultées directement dans la mesure du possible), nous entendons reconstituer ce qu'a pu être cet “Enfer espagnol”, ou du moins une partie de celui-ci, si l’ensemble de ces publications avait été conservé dans une bibliothèque publique, comme cela a été le cas en France ou en Angleterre.
Plus d'infos : https://www.editorialrenacimiento.com/otros-titulos/2761-eros-de-papel-un-infierno-espanol.html

Maria Teresa RICCI (éd.), "E pare che ad ogni cosa corrisponda il suo contrario". Penser les contrastes en Europe au début de l’âge moderneCahiers d'histoire culturelle, no34, 2022, 148 p.

Cahiers d'histoire culturelle Ce volume est issu d’une journée d’étude organisée conjointement, en septembre 2021 à l’Université de Tours, sur le thème des contrastes dans la première modernité. Entre les XVe et XVIIe siècles, les changements d’ordre politique, économique, religieux et esthétique entraînent l’élaboration et la mise en place de normes et d’institutions encadrant la société, l’art, la littérature. Mais ces nouvelles règles, une fois assimilées, peuvent être dépassées et transgressées. La culture de cette époque est fondée sur le contraste et la dialectique, selon la formule de Leon Battista Alberti : «E pare che ad ogni cosa corrisponda il suo contrario: alla vita la morte, alla luce le tenebre; né puossi avere l’uno senza l’altro» («Il semble qu’à toute chose correspond son contraire : à la vie la mort, à la lumière les ténèbres, et on ne peut avoir l’une sans avoir l’autre»). À l’idée de l’individu comme un être puissant, parfait et au centre de l’univers, s’oppose celle de l’homme comme un être fragile, précaire et aussi marginal, vivant dans un univers dépourvu de centre et de périphérie, pour reprendre la pensée de Giordano Bruno. À l’excellentia et à la dignitas hominis des humanistes semble ainsi répondre une critique radicale de toute forme d’anthropocentrisme. Cette vision contrastive est perçue dans différents domaines : dans les rapports sociaux, dans les savoirs, dans l’art, dans la philosophie.
Les six contributions présentées ici traitent du « contraste », des « forces contraires », de la contradiction et de la structure dialectique qui se marque dans la société et la culture de la première modernité, chez Léonard de Vinci et Giordano Bruno, mais aussi dans le statut des femmes en particulier, avec des figures emblématiques telles que Properzia de’ Rossi, la seule femme artiste présente dans les Vies de Vasari, Christine de Pizan, à l’origine de la « Querelle des femmes », ou la légendaire Sémiramis qui s’oppose de plusieurs façons au monde masculin.


Wittgenstein en France Pascale GILLOT et Élise MARROU (dir.), Wittgenstein en France, Paris, Éditions Kimé, 2022, 370 p.
Ce volume, issu d’un colloque qui s’était tenu à l’Université de Paris Nanterre en septembre 2016, prend pour objet la réception de Wittgenstein en France à partir des années cinquante du XXe siècle. Il réunit les contributions d’auteurs et de spécialistes de la pensée de Wittgenstein, par-delà le clivage communément institué entre philosophie analytique et philosophie continentale. Le prisme ainsi adopté, la réception de la philosophie de Wittgenstein dans le contexte de la philosophie française contemporaine, permet une approche renouvelée de thèmes majeurs de l’œuvre du philosophe autrichien : les limites du langage, l’articulation du logique et du mystique, la dimension expressive de la logique, l’inscription sociale du mental, la question du formalisme et la contestation des philosophies de la conscience et de l’intériorité, le statut de la fiction et des expériences de pensée dans la recherche philosophique, le sens du tournant grammatical.
Simultanément, cette vaste enquête autour de la découverte et des reprises de l’œuvre de Wittgenstein par des auteurs français tels que Cavaillès, Gilles-Gaston Granger, Jacques Bouveresse, Pierre Bourdieu, Pierre Hadot, Gérard Granel, Jean-François Lyotard, ou Alain Badiou, est l’occasion d’un regard inédit porté sur les lignes de forces, puissantes autant que contrastées, qui ont animé et donné son souffle à la philosophie française de la seconde moitié du XXe siècle.
Plus d'infos : https://www.editionskime.fr/publications/wittgenstein-en-france/

Communalisme andin Alfredo GOMEZ MULLERCommunalisme andin et bon gouvernement. La mémoire utopique de l’Inca Garcilaso, Montreuil, Éditions Libertalia, 2022, 352 p.
La description du « bon gouvernement » des Incas par l’Inca Garcilaso, publiée en 1609, constitue l’une des sources du renouveau de la critique sociale, politique et économique en Europe et dans l’Amérique dite « latine », dès le XVIIe siècle. Fondée sur une conception de la justice sociale beaucoup plus avancée que celle qui existait alors dans les sociétés européennes, l’expérience inca suscite dans les deux continents l’intérêt de réformateurs et de révolutionnaires engagés dans la recherche de solutions à l’extrême misère qui frappe une grande partie de la population, à une époque où le capitalisme naissant tend à détruire la propriété communale traditionnelle. Élaboré comme un acte de résistance par le premier auteur « indien » publié en Europe, le récit de l’Inca Garcilaso continue de nourrir les mémoires utopiques des deux continents, en dépit de l’européocentrisme qui règne toujours dans l’écriture de l’histoire.
Lien vers l'éditeur : https://editionslibertalia.com/catalogue/hors-collection/communalisme-andin-et-bon-gouvernement

Couverture Laharpe Jean-Jacques TATIN-GOURIER (éd.), Jean-François LAHARPE, Du fanatisme dans la langue révolutionnaire, édition annotée et présentée par J.-J. Tatin-Gourier, Artois Presses Université, coll. Artoithèque, 200 p.
Dans son essai Du fanatisme dans la langue révolutionnaire publié au cœur du Directoire (1797), Jean François Laharpe, homme de lettres autrefois proche des philosophes des Lumières, dénonce la «langue révolutionnaire» qui, selon lui, a conduit au pouvoir sans limites des Jacobins. Par-delà le procès véhément des menaces qui continuent de peser sur la pratique religieuse, Laharpe développe une réflexion sans précédent sur les liens politiques du dire et du faire, sur le caractère proprement performatif de la langue révolutionnaire. De plus, attentif à la diversité des signes de la révolution (fêtes de la Raison, abjurations publiques, instauration d’un nouveau calendrier etc.), Laharpe esquisse une véritable sémiologie du fait révolutionnaire.

Valeur néolibérale Jean-François DELUCHEY et Nathalie CHAMPROUX (dir.), La valeur néolibérale de l'humain. Capitalisme et biopolitique à l'ère pandémique, Paris, Éditions Kimé, 2022, 264 p.

Dans l'ordre (néo)libéral fondé sur les «lois» du marché et sur l´accumulation et la concentration de capital, la question de la valeur de la vie humaine, qui se posait déjà avant la pandémie de Covid-19, se pose aujourd’hui avec d’autant plus d’acuité. Les gouvernements (néo)libéraux ont volontiers recours à des programmes néo-conservateurs autoritaires qui promeuvent une politique de destruction des Communs assortie d’une politique de mort à l'égard de ceux qui sont jugés inutiles ou excédentaires selon un projet normalisateur et moral. C’est pourquoi nous assistons dans le champ politique à des affrontements qui opposent radicalement les identités, les nations, les religions et les modes de vie, et qui mettent en scène une véritable «guerre civile mondiale» dont la violence est ressentie partout et par tous.

Barbara Sébastien BOST et Catherine DOUZOU, Barbara en scène(s). Une femme, une œuvre en performance, Presses Universitaires de Provence, coll. Chants sons, 2022, 260 p.
«Pour exister dans ce métier, il faut monter sur une scène», affirme Barbara qui se distingue en tant qu’artiste de la chanson française par son besoin primordial d’être en scène. Comment ne pas interroger cet impérieux désir, non seulement de conquérir une scène pour se voir reconnue comme chanteuse, mais, d’une façon plus existentielle, d’y advenir comme d’y devenir, devant et avec un public. Barbara naît sur une scène, s’y façonne comme femme et comme artiste, ce qui s’équivaut aux yeux de celle qui se définit avant tout comme «une femme qui chante». Mais pour cerner sa vérité au plus près, n’est-il pas nécessaire de parler plutôt des scènes de la «chanteuse de minuit», car il y en eut plusieurs au cours de ce qu’elle définit comme la longue route de ses rendez‑vous que sont ses concerts. Cet ouvrage analyse l’ethos artistique de Barbara. Il s’attache à la succession et aux transformations des spectacles de la chanteuse, qui construisent les étapes de son parcours personnel et artistique. Ces scènes si diverses, qui vont de l’estrade du cabaret de L’Écluse au chapiteau de Pantin et au théâtre du Châtelet, remettent toujours en jeu le mystère de son incroyable présence, ainsi que le rapport extraordinaire qu’elle entretient avec son public.  https://presses-universitaires.univ-amu.fr/barbara-scenes

Couverture Andrea CABEZAS VARGAS et Sophie LARGE (dir.), Libertad de expresión y de creación en Centroamérica, éditions Orbis Tertius, 2022
Situés a centre du continent américain tant du point de vue géographique que culturel, les sept pays qui constituent l'isthme centraméricain sont souvent considérés – ironiquement – comme périphériques par rapport aux enjeux régionaux et internationaux. Cependant, historiquement et politiquement, l'Amérique centrale concentre dans un espace réduit la plupart des phénomènes observés à l'échelle continentale – inégalités, violence, corruption, multiculturalisme. Quelle place occupe la liberté d'expression et de création dans ce contexte? Ce livre aborde le sujet dans une perspective pluridisciplinaire, combinant des approches contextuelles – depuis les sciences politiques – et artistiques – depuis les études littéraires, filmiques et iconographiques. Les contributions que réunit ce volume, complétées par des témoignages à la première personne d'artistes d'Amérique centrale, offrent un panorama de l'état actuel de la question dans les pays de l'isthme.
Plus d'informations sur le site de l'éditeur :  https://editionsorbistertius.com/tous-nos-livres/221-libertad-de-expresion-y-de-creacion-en-centromerica.html

Fanon Sophie LARGE et Flora VALADIÉ (dir.), Le Fanon des artistes. Perspectives transaméricaines, Oxford, Peter Lang, coll. "Modern French Identities", 2022, 274 p.
Ce livre propose une réflexion autour de l’influence de la pensée de Frantz Fanon dans les arts et la littérature des Amériques. il réunit des contributions portant sur des expressions artistiques variées (roman, musique, cinéma, théâtre) et les œuvres d’artistes de différents horizons culturels et linguistiques (Antigua-et-Barbuda, Argentine, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Cuba, États-Unis, Guadeloupe, Haïti, Porto Rico, République Dominicaine). Le volume montre non seulement l’actualité de la pensée de Fanon et sa capacité de résonance dans des territoires extrêmement divers, mais aussi les déplacements, décalages, prolongements par lesquels elle se renouvelle sans cesse sur ce continent traversé, encore aujourd’hui, par les questions (néo)coloniales. Il met ainsi en évidence la façon dont Fanon est (re)présenté dans les productions artistiques et littéraires, en même temps qu’il rend compte de la manière dont des artistes peuvent être influencés par sa pensée sans le citer, parfois même sans l’avoir lu, faisant émerger la notion d’un inconscient fanonien à l’œuvre sous des formes esthétiques.

  Colonialisme allemand Christine DE GEMEAUX, De la Prusse à l'Afrique, le colonialisme allemand (XIXe-XXIe siècles), Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2022, 348 p.

Revisitant l'histoire de l'Allemagne aux XIXe et XXe-XXIe siècles sous le prisme de l'étude combinée de la naissance d'un discours national en Prusse et de celle de l'entreprise coloniale allemande en Afrique, Christine de Gemeaux rend sensible et compréhensible la trajectoire d'une dynamique allemande particulière, souvent menée en opposition à celle de la France. 
À partir d'éclairages inédits, ceux de cercles intellectuels berlinois et ceux de femmes installées aux colonies, ce livre étudie l'évolution du discours et de la pratique de la germanisation et de la colonisation. La germanisation de l'Europe centrale et nord-orientale, mais aussi la politique pratiquée en Alsace-Moselle sont analysées et mises en rapport avec la situation coloniale en Afrique, longtemps restée un angle mort de la recherche sur l'Allemagne. Pourtant, la colonisation du Togo, du Cameroun, de l'Afrique orientale et de l'Afrique du Sud-Ouest illustre la globalité d'une politique de puissance au profit de la métropole. Ainsi apparaît la convergence entre la politique de colonisation-germanisation en Europe et en outre-mer. La réflexion débouche sur l'histoire postcoloniale et l'actualité. Les notions d'espace européen, de « transimpérialité », de reconnaissance postcoloniale et de « softpower » allemand éclairent tant le passé que les enjeux du présent. Ce livre propose une alternative originale à la recherche mainstream en introduisant des perspectives rhétoriques et genrées.

Democracia y nacion Jorge CAGIAO Y CONDEDemocracia y nación. España en el laberinto plurinacional, Madrid, Catarata, 2022
INTRODUCCIÓN. LA NECESIDAD DE UN DEBATE PÚBLICO ATENTO A LOS ESTUDIOS ESPECIALIZADOS
CAPÍTULO 1. LECCIONES BÁSICAS DE LOS ESTUDIOS SOBRE NACIONALISMO
CAPÍTULO 2. UN PROBLEMA DE RECONOCIMIENTO NACIONAL
Breve presentación del marco teórico en el debate sobre el reconocimiento
¿Cómo y por qué reconocer naciones?
El reconocimiento según el nacionalismo dominante: la banalización del pluralismo nacional
Un paseo corto por la historia
El pluralismo nacional en la España democrática
CAPÍTULO 3. ¿EL FEDERALISMO COMO SOLUCIÓN?
Límites de la caracterización del sistema autonómico español como Estado federal
¿Es el federalismo un instrumento válido para resolver el conflicto territorial?
El federalismo territorial
Federalismo plurinacional
El federalismo plurinacional aplicado al caso español
CAPÍTULO 4. NI NACIÓN NI FEDERALISMO NI AUTODETERMINACIÓN
Un debate académico sobre la secesión en democracia que no ha integrado aún las lecciones de los estudios sobre nacionalismo
La legitimidad de la secesión en el debate público español
CONCLUSIÓN
BIBLIOGRAFÍA 

Pellico François BOUCHARD (éd.), Silvio Pellico, Mes prisons, traduction d'Henri de Messey et Alban de Villeneuve, Paris, Classiques Garnier, 2022
En écrivant Mes prisons après dix années passées dans les geôles autrichiennes, Silvio Pellico réalise le grand roman auquel il n'a cessé de songer depuis 1816 : le récit d'une épreuve où, pour ne pas succomber à la folie, l'écrivain s'en est remis à une religion vécue comme discipline et armature mentales. Mais le succès européen de l’œuvre dès 1832 scelle paradoxalement l'échec du dramaturge qui voit sa dernière tragédie, Corradino, huée à Turin en 1834 par ceux-là mêmes qui avaient espéré trouver dans Mes prisons le contenu politique que Pellico a systématiquement refoulé. Restent, au centre du récit, l'appareil carcéral et l'inhumaine compassion de ses rouages.

P. MAUCLAIR Patricia MAUCLAIR, Histoire de la littérature espagnole pour la jeunesse, Éditions Thierry Marchaisse, coll. numérique Octets, 2022
Au pays du Quichotte, la recherche sur la littérature de jeunesse est en plein essor, mais le seul ouvrage proposant une histoire de la littérature de jeunesse espagnole commence à dater, puisqu’il est de 1959. En France, à l’instar de l’édition, la recherche universitaire accorde peu de place à cette littérature encore méconnue.
Il devient donc urgent de réparer cet oubli, surtout quand la préparation aux concours du CAPES et de l’Agrégation d’espagnol met au programme, comme elle l’a fait récemment, un roman pétri de références à la littérature de jeunesse. Et que des titres qui en relèvent figurent, désormais, parmi les ressources proposées aux professeurs d’espagnol.
Cet ouvrage n’a évidemment pas la prétention d’être exhaustif. Il n’a d’autre but que de proposer une vue d’ensemble de la littérature pour la jeunesse en Espagne, qui prenne en compte le temps long de l’histoire, et qui révèle bien ainsi ses tendances particulières.

L'eau en Écosse Tri TRAN (dir.), L'eau en Écosse – Water in Scotland, Actes du colloque 2018 de la Société française d'études écossaises, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, coll. Annales littéraires, 2022, 247 p.
L'eau est intrinsèquement liée à l’Écosse. Cet ouvrage, écrit par des spécialistes de l’Écosse mais destiné à un large public, propose d’abord un aperçu du cadre géographique autour des formes de l’eau en Écosse, c’est-à-dire les spécificités climatiques, géologiques, géographiques liées à l’eau. Il analyse ensuite l’influence de l’élément naturel sur l’intellect et les mentalités, à travers ses différentes représentations littéraires, linguistiques et artistiques. Il rappelle enfin son rôle dans l’histoire, notamment les usages de l’eau au cours des siècles, mais aussi son importance pour l’avenir de l’Écosse, à travers les débats, questions et enjeux actuels liés à la préservation de l’environnement et des ressources naturelles.

Invention de la photo Juliette GRANGE, Entre technique et politique. L'invention de la photographie, Paris, Éditions Kimé, coll. “Philosophie en cours”, 2022, 139 p.
L’invention de la photographie permet d’interroger l’essence de la technique et la société industrielle qui prévaut en Europe au milieu du XIXe siècle. Cet essai met en relation daguerréotype et philosophie positiviste. Le portrait, les vues urbaines, la prose réaliste transforment l’identité individuelle et la culture. L’objectif introduit l’idée d’exhaustivité de l’inventaire spatial et temporel opéré par les sciences.Entre regret romantique et espérance progressiste, l’appareil à fixer les images suscite espoirs et craintes.
L’essai de Juliette Grange se complète d’une anthologie des textes de l’époque: Arago, Baudelaire, Delacroix permettent de questionner la relation entre art et technique. L’invention technologique doit-elle être mise au service de l’humanité (c’est l’idéal républicain d’Arago, de Saint-Simon, de Comte) ou brevetée et commercialisée (c’est la position anglo-saxonne qui prévaut encore aujourd’hui)?

Screwball Comedy Grégoire HALBOUT, Hollywood Screwball Comedy 1934-1945. Sex, Love and Democratic Ideals, Bloomsbury, 2022, 352 p. (disponible aussi en e-book)
Love at first sight, whirlwind marriages, break-ups, divorces, remarriage… What accounts for the enduring success of the Hollywood madcap comedies of the 1930s?  Directed by masters of comedy (Hawks, LaCava, Leisen, Ruggles...) and featuring the decade's most iconic stars (Colbert, Dunne, Grant, Hepburn...), these films set romantic comedy standards for decades to come. Screwball comedy embarked on two challenging missions: to poke fun at established social norms and to undermine stereotypical depictions of gender roles, putting forward a discourse that postulated the possibility of equality between men and women.
Grégoire Halbout's reexamination of screwball comedy provides a comprehensive overview of this (sub)genre, eschewing the auteurist approach and including “minor” works never before analyzed through the screwball lens. His book explains how these screwball stories met the expectations of a booming American middle class eager for the liberalization of morals, with daring plots, verbal humor and slapstick techniques... Table of Contents
Ce livre est la version anglaise, remaniée et actualisée de la version française: La Comédie screwball hollywoodienne 1934-1945. Sexe, amours et idéaux démocratiques, Arras, Artois Presses Université, 2013, 423 p. Voir ici
Ce livre a reçu la distinction du magazine professionnel Choice comme l'une des meilleures productions universitaires de 2022.

La legitimidad Jorge CAGIAO Y CONDE & Gennaro FERRAIULO (dir.), La legitimidad de la secesión a debate, Madrid, Catarata, 2022, 160 p.
La secesión en las democracias liberales es un tema que hasta fechas recientes no había suscitado una reflexión sobre su legalidad y legitimidad. No hay que olvidar que uno de los principios sobre los que se erige el constitucionalismo moderno es el de la unidad indivisible y perpetua del Estado, por lo que la idea de secesión parecería quedar rechazada de antemano. Ahora bien, ¿es la legalidad vigente en un sistema una razón suficiente para determinar el marco de lo justo y legítimo de las reivindicaciones políticas? ¿No ha de ensanchar sus límites la reflexión normativa, proponiendo otros recursos y argumentos más elaborados, refinados y complejos en torno a la secesión en democracia? Tal es la pretensión de este volumen, la de alimentar el debate, a propósito de casos como el español, el canadiense o el británico, y contrastar las teorías existentes para valorar su utilidad como guía normativa en las democracias liberales, y calibrar aspectos en torno a la legitimidad de la secesión y las regulaciones previstas para llevarla a cabo o frenarla. Este libro reúne así́ las contribuciones de un grupo de académicos, desde una heterogeneidad de enfoques y argumentos, a fin de esclarecer y enriquecer el debate sobre la secesión en democracia.
Lien vers l'éditeur: https://www.catarata.org/libro/la-legitimidad-de-la-secesion-a-debate_136028/